Association "Histoire de la Résistance de la Haute-Garonne"

http://histoireresistance31.free.fr

Toulouse et la Haute-Garonne dans la guerre

Ce site "d'histoire visuelle" se propose de retracer "en images" l'histoire de la Haute-Garonne pendant la Deuxième Guerre mondiale. L'objectif peut paraître ambitieux. Les documents d'époque - écrits ou photographiques - sont encore difficiles à trouver et de qualité souvent médiocre. Il était dangereux, voire interdit, de photographier en plein air ou de l'intérieur des maisons vers l'extérieur. Les actes de "Répression" ou de "Résistance" n'étaient guère visualisés. Les documents écrits - en particulier les tracts et journaux clandestins - étaient de mauvaise qualité. Ils ont de ce fait mal résisté à l'épreuve du temps.

Nous avons retrouvé malgré tout suffisamment de documents - dont certains, inédits, puisés jusque dans les albums de photos de famille ! - pour pouvoir retracer les principaux aspects de l'histoire du département entre 19391944. Mais le choix initial de privilégier le document visuel nous a conduit à passer rapidement sur certains points, à insister sur des événements jugés révélateurs ou exemplaires et à mettre en exergue les actes de certaines personnes plutôt que d'autres.

Tout arbitraire qu'il soit, notre choix a été guidé par le souci de refléter avec le plus d'exactitude possible la vie du département durant la période considérée. D'où l'importance attribuée aux articles de presse - "officielle" ou clandestine - ainsi qu'aux témoignages - reproduits dans les textes de présentation des chapitres - de témoins (Roland Dorgelès) ou d'acteurs de premier plan (Jean Cassou).

L'histoire de la Haute-Garonne est inséparable de celle de la Zone Sud, non occupée jusqu'en novembre 1942 mais qui subit ensuite directement les effets de l'occupation allemande. Sa spécificité tient à la présence d'une grande métropole, Toulouse, foyer d'accueil pour de nombreux réfugiés, foyer de troubles et de souffrances où naissent et se développent rapidement des noyaux de résistance active. Son originalité tient à la présence dans sa partie méridionale d'une bordure prépyrénéenne et pyrénéenne favorable à l'éclosion de maquis et par où passent des chemins d'évasion vers l'Espagne. Elle tient également aux conditions spécifiques du développement de la Résistance et à celles qui ont favorisé la Libération du département. Du fait d'une retraite allemande précipitée après le débarquement allié en Provence du 15 août 1944, la Haute-Garonne s'est "libérée elle-même", sans intervention des troupes anglo-américaines. La Résistance locale a occupé seule le pouvoir. Elle a du prendre un certain nombre de mesures de circonstances mais aussi des initiatives très novatrices dans les domaines économique, judiciaire, social, militaire, etc.

Il est encore difficile de vouloir rappeler par la seule image les souffrances endurées mais aussi les espoirs suscités par les luttes de la clandestinité et de la Libération. "L'appel à la Jeunesse" de Jean Cassou publié à la fin de l'ouvrage a valeur de symbole. Mais notre mémoire visuelle est incomplète. Nous espérons pouvoir l'enrichir et la compléter de nouveaux documents sauvés ainsi de l'oubli.

La réédition virtuelle de cet ouvrage sur ce site annonce la réalisation d'un CD-ROM sur "l'Histoire de la Résistance dans le département de la Haute-Garonne" dans le cadre de la campagne nationale organisée par l'AERI ; ce CD-ROM comporte d'autres documents, plus nombreux et plus divers, et une version revue et corrigée des ouvrages déjà publiés par Michel Goubet sur cette période de l'histoire :

DIFFUSION D’UN CEDEROM

SUR « LA RESISTANCE EN HAUTE-GARONNE  (1939-1945) »


 
Un cédérom sur l’histoire de la Résistance en Haute-Garonne vient de paraître. Il a été publié par l’Association pour des études sur la Résistance intérieure (AERI), une filiale de la Fondation de la Résistance : c’est le 18° cédérom de sa collection « Histoire en mémoire 1939-1945 », le premier qui concerne un département de la région toulousaine. Son intérêt déborde en fait le cadre de la Haute-Garonne puisque des éléments concernant l’ancienne région R4 de l’époque y sont évoqués.

Ce cédérom contient des cartes, une chronologie approfondie et de nombreuses fiches qui décrivent les différentes organisations résistantes (réseaux, mouvements, partis), dégagent les plus spécifiques (mouvement Libérer et Fédérer, Groupe Morhange, Corps franc Pommiès, 35° brigade MOI Marcel Langer) et différencient les organismes civils (comme le CDL) et paramilitaires (groupes francs ; guérilleros espagnols ; FTPF ; CFL ; FFI ; maquis Roger, d’Aspet, de Rieumes, de Cazères, de Saint-Lys, de la Montagne Noire…). Les actions et les souffrances des résistants sont étudiées jusqu’à l’échelon local. Leur sociologie, leurs motivations, leurs programmes et leurs liens avec le monde extérieur sont analysés. Des biographies détaillées les accompagnent. L’étude décrit enfin les conditions de la Libération, les espoirs suscités, les réalisations obtenues et leurs limites, les déceptions engendrées. Elle se termine par un examen des problèmes de la Mémoire de la  Résistance et des résistants.

A tout cela vient s’ajouter la description de l’environnement dans lequel a évolué la Résistance, celui de l’administration vichyste et de l’occupation (à partir de novembre 1942). Les ambiguïtés de la collaboration et de la «Révolution nationale » sont montrées, ainsi que les différentes facettes des politiques d’exclusion et de répression de Vichy et de l’occupant allemand sous forme d’arrestations, d’internements, d’exécutions et de déportations. Sont également décrites la dégradation des conditions de vie ainsi que le drame spécifique des Juifs et celui des autres exclus. La présence allemande ne cesse de se durcir pour s’achever durant le printemps et l’été 1944 par un climat de terreur marqué par des prises d’otages, des attaques de maquis et de véritables massacres (notamment à Marsoulas, à Buzet-sur-Tarn et à Castelmaurou).

Ce cédérom est illustré par de nombreux documents écrits (témoignages, tracts, journaux, circulaires), photographiques, vidéo et même musicaux. Il est accompagné d’un petit livret écrit de synthèse. L’ensemble représente une étude approfondie de la période, à la fois descriptive, explicative et problématique.

Son utilisation se veut interactive : elle permet d’aller à son gré d’un thème à un autre. Michel Goubet, spécialiste du sujet et ancien professeur en classes préparatoires HEC au lycée Pierre de Fermat de Toulouse, a assuré la direction historique de l’ensemble, Pierre Léoutre s’est occupé de la partie informatique.



  Prix public : 20 euros
 
   Commande(s) à faire à :  AERI, 16-18 place Dupleix, 75015 Paris (tél. 01-45-66-62-72)
 
   Diffusion prévue : Librairie du CRDP Midi-Pyrénées, 3 rue Roquelaine, Toulouse -
                   Adresse postale :  BP 7045 – 31069 Toulouse cedex 7

(Télécharger en format Adobe PDF)

La réédition virtuelle du livre de Michel Goubet

PETIT LEXIQUE DES PRINCIPAUX TERMES ET SIGLES UTILISÉS DANS CE SITE

cartes postales anti-nazis (1939)


L'association hR31 | Livre en ligne | Lexique | Calendriers | Revue de presse | Liens | Email |

 Reproduction interdite sans autorisation de l'association HR31 - Pour tout problème de consultation, écrivez au webmestre

Association "Histoire de la Résistance de la Haute-Garonne" 31000 TOULOUSE, FRANCE

Mise à jour : 1er mars 2009

Site hébergé par Free